NOUVELLES

SOJA & PETITS POIS – un « no go » dans l’alimentation équine

LE SOJA

Le soja est une plante de la famille des légumineuses à haute teneur en protéines, à laquelle appartiennent également les petits pois, la luzerne et le trèfle. La farine de soja ou le tourteau de soja restant après l’extraction de l’huile avec sa très haute teneur en protéines est souvent utilisé dans les aliments composés (granulés etc). La farine de soja contient environ 44% de protéines brutes et contient peu de minéraux, de vitamines et d’oligo-éléments.

En raison du fait que le soja contient une quantité relativement importante de stachyose et de raffinose, il est difficile à digérer pour les chevaux. Le stachyose est un sucre multiple qui n’est pas digéré naturellement par la flore intestinale du cheval. En revanche, le stachyose est décomposé en bactéries dans un processus de fermentation excessif dans le gros intestin (dysbactéries saccarolytiques) et produit des gaz.

L’alimentation au soja provoque une modification de la flore intestinale et la formation des gaz et de coliques gazeuses.

Le soja est également riche en phytoestrogènes, qui sont des hormones végétales à effet oestrogénique. La recherche indique également un effet nocif des isoflavones contenues dans le soja.

Le soja est donc un aliment trop riche en protéines pour le cheval et en même temps peu digestible. Cependant, il est souvent utilisé dans les aliments composés pour les chevaux de sport, pour les juments reproductrices et allaitantes en début d’année qui ne sont pas en mesure de satisfaire leurs besoins en protéines accrus avec un bon pâturage, et dans les aliments de reproduction. Cependant le soja peut entraîner une diarrhée considérable chez les poulains à cause du stachyose. Les aliments d’élevage à teneur élevée en protéines entraînent généralement une croissance musculaire rapide, pendant laquelle le tissu osseux et cartilagineux n’est pas suffisamment stabilisé. Par conséquent l’ostéochondroses disséquant peut se former plus facilement se former.

Dans les aliments destinés aux chevaux atteints du Cushing, SME et du PSSM, on trouve dans leur composition souvent du soja, car ceux-ci doivent être nourris « à faible teneur en sucre » …

 

LES PETITS POIS

Les petits pois sont en grande partie des protéines et fournissent donc des acides aminés. Pour cette raison, ils sont souvent ajoutés aux aliments composés pour augmenter la teneur en protéines. Pour que les protéines deviennent disponibles pour le cheval, les petits pois doivent d’abord être transformés en floconné ou par l’extrusion. De plus, l’amidon des petits pois est mal digéré par les chevaux et provoque des gaz. L’amidon est également libéré par le traitement thermique et agit dans le métabolisme sous forme de sucre. Comme il existe d’autres sources de protéines beaucoup plus métabolisables pour les chevaux, le propriétaire du cheval devrait s’abstenir de nourrir son cheval avec des aliments contenant des petits pois. Si leurs inconvénients ne sont pas compensés de manière adéquate par d’autres aliments, il existe un risque de fourbure, de lésions rénales et d’autres maladies métaboliques liées aux protéines.

Les chevaux sont heureux gardés et nourris de manière appropriée!


édition happyquus 9/2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*