NOUVELLES

Cycle entéro-hépatique

Le sang circule dans trois systèmes de circulations du corps interconnectés. L’un d’eux est le système de la veine porte, par l’intermédiaire duquel on fait passer le sang avec tous les ingrédients à travers le foie. Il occupe une position particulière. Sur la photo c’est très bien illustré.

Une grande veine, la veine porte, recueille le sang de l’estomac, de l’intestin, du pancréas et de la rate, et le conduit au foie. Ce sang de la veine portale est pauvre en oxygène et après la prise de nourriture riche en nutriments.

Une artère, l’artère hépatique (aorte hepatica) dirige le sang riche en oxygène dans le foie, où il se mélange avec le sang veineux, ce qui rend le métabolisme des cellules hépatiques possibles. La photo montre en haut à droite les deux approvisionnements sanguins (artère & veine).

Les toxines et les déchets sont rendus hydrosolubles et liposolubles et ensuite excrétés par la voie biliaire, les intestins et les reins.

Même les produits chimiques absorbés avec les aliments (médicaments, pesticides, conservateurs et d’autres toxines) passent par le foie et peuvent y être modifiés chimiquement. Le sang est donc exempt de substances dangereuses.

Les composants alimentaires et les toxines ingérés arrivent dans l’intestin après le passage dans l’estomac. Dans l’intestin ils sont absorbés par la muqueuse intestinale et remis dans le système sanguin. La veine porte recueille le sang et le dirige vers le foie. La détoxification se fait dans le foie ce qu’on appelle aussi la biotransformation, pour pouvoir éliminer des substances toxiques par l’intestin et les reins.

  • Les substances liposolubles sont éliminées de l’organisme par la sécrétion de la bile à travers l’intestin.
  • Les composés hydrosolubles sont excrétés dans l’urine par les reins.

Les substances qui seraient normalement excrétées par les intestins sont désormais réabsorbées en partie par la muqueuse intestinale et retournent dans le corps par le cycle entéro-hépatique. Ce processus a lieu en continu.

Avant – dans de bonnes conditions naturelles et avec une alimentation appropriée à l’espèce ce cycle était efficace, parce que les substances organiques et vitales pour l’organisme sont recyclées dans une certaine mesure et ne nécessite aucune nouvelle fabrication.

L’énergie est donc économisée !

De nos jours par contre

les toxines elles aussi retournent maintenant dans l’organisme par le même cycle. La Nature n’avait pas prévu ceci; ce danger n’existait pas dans des conditions naturelles sans autant de toxines chimiques.

Aujourd’hui, les nombreuses toxines qui rentrent dans l’organisme en permanence de nombreuses sources différentes, empoisonnent le corps plusieurs fois de suite.

Voici le côté positif :

La vitamine B12 traverse également le cycle entéro-hépatique. La vitamine B12 est synthétisée uniquement par les bactéries intestinales. Ne serait-elle pas recyclée, une grande partie se perdrait dans les fèces.

La même chose est vraie pour les vitamines liposolubles telles que la vitamine D2 (forme biologiquement active) et les vitamines hydrosolubles telles que l’acide folique, tous les stéroïdes oestrogéniques, la progestérone et la testostérone, les corticostéroïdes et les oligo-éléments essentiels.

En raison de la charge toxique élevée, à laquelle nos animaux sont exposés aujourd’hui, le cycle entéro-hépatique ne fonctionne plus favorablement ! Les toxines, auxquelles on peut joindre l’abus courant de nos jours des médicaments, des vermifuges, etc., peuvent être renforcés de cette manière dans leur effet. De même, elles peuvent aussi conduire à des effets cumulatifs impossible à estimer, soit des concentrations élevées, avec le résultat des lésions du foie avec des symptômes graves d’intoxication.

Comment pouvons-nous aider nos chevaux dans ce « cercle vicieux » ?

« Alimentation variée et appropriée – chevaux sains »

«Il était une fois…..» bien plus de dix milles espèces de plantes. Rien qu’en Allemagne, nous avons compté plus de 2000 sortes. 600.000 dans le monde entier ont été décrites.

De la « discrimination » constante des plantes – et ça arrive encore régulièrement qu’une vieille plante médicinale est déclarée comme plante toxique – résulte qu’il en reste dans les pâturages aujourd’hui à peine 20 sur 400 plantes et composants qui étaient encore disponibles aux chevaux il y a 40 ans !

Nous ne pouvons pas changer les conditions de nos prairies et pâturages « qui sont sensées de nourrir nos chevaux » en quelques années. Cela nécessite également une nouvelle réflexion dans la pratique de l’agriculture.

Mais NOUS, nous pouvons commencer à penser et agir différemment et grâce à nos connaissances acquises éviter de confronter nos amis à quatre pattes à un grand nombre de sources toxiques mentionnés.

Une diversité d’herbes dans l’alimentation quotidienne ne signifie rien de plus qu’un approvisionnement normal, comme c’était le cas autrefois. Selon la saison différentes plantes poussent et fleurissent dans les prairies. C’est en simulant ce modèle naturel, en alternant régulièrement des plantes différentes que nous pouvons contribuer à entretenir leur bonne santé.

Même si ce sont des plantes médicinales, cela n’a rien à voir avec de la médecine (la médecine c’est l’échec de la prévention, c’est la «réparation»)

La santé est un équilibre intérieur !

Qui nous enseigne quels sont les besoins du cheval ?

Personne ne le sait mieux que La Nature!

Afin de préserver l’équilibre intérieur, les chevaux ont besoin non seulement de nutriments (protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux), mais aussi de dizaines de milliers de substances vitales à partir des plantes.

Ces nutriments essentiels sont disponibles dans de nombreuses herbes – des herbes qui ne poussent malheureusement plus dans nos prairies. Il est recommandé de leur offrir une alimentation naturelle par les herbes afin d’écarter de nombreux problèmes de santé grâce à une riche diversité ou même de « régler » certains soucis une fois que l’origine du problème est bien analysée.

Les « soins de base » proposent plusieurs mélanges adaptés aux besoins des chevaux selon la saison.

Les différents minéraux et oligo-éléments sont également alternés en fonction de la saison.

Bientôt une publication des articles concernant :

Foie & Bile – la diarrhée, Kotwasser, et la colique

Bile et toxines

Des composés végétaux pour le foie et la bile

_________________________________________________________________________________________________

(Traduction des extraits Dipl. Ökl. M. Hessel, KR Töllner, PN 2-2015)

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


%d bloggers like this: